• Admin

Shopping chez Tang Frères - 5 Juin 2015

Mercredi, c’était après-midi shopping chez Tang Frères, dans le 13ème arrondissement de Paris. Pas de fringues ni de chaussures, que des épices, des sauces et des produits frais asiatiques pour faire de la cuisine chinoise, balinaise, malaisienne…



Depuis mon rencontre avec le chef Norman Musa lors de la Malaysia Cultural Week à Paris, je pensais préparer un buffet malaisien, et l’opportunité se présente pour le prochain weekend, alors, c’était le moment de faire une virée chez Tang Frères, la référence de l’épicerie asiatique à Paris.


Je suis sortie du métro à Olympiades, sur la ligne 14, et après avoir descendu quelques mètres sur la rue Tolbiac, j’ai viré à gauche sur la rue Baudricourt. J’ai tout de suite commencé à sentir les odeurs des épices asiatiques, la citronnelle, le gingembre, le cardamome… Un peu plus loin dans la rue, les premiers magasins asiatiques se font visibles: une librairie chinoise, un restaurant pho vietnamien, un autre chinois…



De la même façon que la rue Sainte Anne est un petit Tokyo sur Paris, l’avenue d’Ivry est un peu le Little China parisien. Multitude de magasins, restaurants, traiteurs, supermarchés et petit commerces où trouver des spécialités chinois, thaïs, viets, des marchands de primeurs sur la rue (et de baume de tigre!)… Et bien sûr, l’épicerie asiatique la plus connue à Paris, Tang Frères



J’ai commencé mon shopping dans le magasin dont l’entrée donne directement sur la rue, Tang Frères 5, au  44 avenu d’Ivry. Même si l’aspect extérieur est plus moderne que celui qui se trouve dans la cour un peu décalée de l’avenue (Tang Frères 1, 48 avenue d’Ivry), l’intérieur est beaucoup plus ancien et la marchandise moins soigneusement rangée que dans le supermarché original, le Tang Frères 1, ce qui donne au magasin une certaine authenticité charmante.


J’avais préparé une liste avec les denrées qu’il me fallait pour confectionner les plats prévus pour mon buffet malais, et que je ne trouverais pas facilement dans les supermarchés de ma ville, comme la citronnelle fraîche, les racines de curcuma et galanga, les piments, le jus de tamarin, la pâte de crevettes ou le fenugrec. Petit à petit, j’ai tout trouvé et je remplissais mon caddy. Il va sans dire, que j’ai trouvé d’autres ingrédients qui n’étaient pas dans ma liste, comme la racine de lotus sous vide, ou le mélange d’épices pour satay, et qui ont fini quand même dans mon caddy… Mais j’étais agréablement surprise au moment de passer à la caisse, car l’addition n’était que de 22€, et j’avais des épices pour un bon moment.


Il y avait énormément d’autres produits que j’aurais bien achetés: des dim-sus surgelés, des beignets, du riz, des nouilles de tous types, des sauces… mais il fallait que je rentre chez moi en train, et je ne pouvais pas faire le grand shopping. La prochaine fois, il faudra que j’y me rende en voiture (les Tang Frères proposent même un parking gratuit)



Finalement mon caddy ressemblait à cela, et j’avais tout trouvé de ma liste sauf la pâte de crevettes, qui n’était plus en stock:



Alors, rdv dans le magasin Tang Frères de la cour décalée pour aller chercher la pâte de crevettes… Ce supermarché est beaucoup plus grand que l’autre, et beaucoup plus moderne, avec les rayons bien indiqués, des vastes couloirs et les fruits frais bien rangés et protégés. Ils ont aussi une section annexe pour l’art de table, avec plein de gadgets pour la cuisine et la déco (un peu kitsch à mon goût, mais rigolo). En tout cas, là-bas non plus, ils n’avaient plus de pâte de crevettes…



Mais finalement j’ai trouvé la pâte de crevette dans le BIG Store, 81 Avenue d’Ivry, et je suis rentrée à la maison avec mes courses asiatiques finies. Je n’ai qu’à faire mes courses dans le marché du coin pour préparer mes petits plats malais… à bientôt sur le blog.



46 vues

© 2017 - Propriété de My Cooking World - Site réalisé par Brief Spirit

Crédit Photos Henrietta Richer, Pauline Goyard et Carmen del Campo